Les brushes Photoshop : comment les utiliser pour le dessin et la colorisation ?

Les brushes Photoshop : voici un sujet de préoccupation majeure pour tout dessinateur ou graphiste qui veut travailler à la tablette graphique.  Pour les non-initiés, il ne s’agit pas là d’un charabia insensé mais plutôt de l’outil de base du travail de l’image digitale. « Brushes » parce que c’est ce qui vous servira de pinceau virtuel pour vos travaux et « Photoshop » parce que c’est le logiciel que la plupart des créatifs utilisent pour réaliser des images via un ordinateur

brushes-photoshop-dessin

Les brushes Photoshop, c’est quoi le problème ?

Très vite, lorsqu’on dessine et/ou colorise sur Photoshop, on en vient à se poser la question du rendu que l’on souhaite avoir sur son dessin.

degradé-parfait
Voici un dégradé absolument parfait. Ce n’est pas forcément ce qu’on recherche lorsqu’on dessine sur Photoshop

L’ordinateur est capable de générer des aplats de couleurs parfaits. Il peut faire des formes parfaitement lisses, droites et des angles marqués. Il est aussi capable de générer des pinceaux à la pointe parfaitement ronde avec des bords parfaitement dessinés ou bien des pointes rondes avec un flou parfaitement maîtrisé. Cela fait beaucoup de « parfait » dans très peu de phrases, non ?

Et c’est justement là le problème : lorsqu’on dessine avec un crayon et qu’on peint avec de la peinture, on est dans un processus très organique : le crayon va laisser une texture singulière et la peinture est faite de tout un tas de petits accidents : elle ne se mélange pas de manière uniforme et se dépose sur le papier avec une spécificité qui lui est propre. La peinture, le crayon et n’importe quel autre médium traditionnel sont forcément imparfaits et c’est pour cela qu’on les apprécie.

Alors certes, le côté « tout beau, tout propre » du digital peut avoir ses bons côtés (un aplat de couleur parfait, c’est quand même pratique parfois) mais bien souvent, on cherchera à s’éloigner de cela.

On en revient à la base : les brushes Photoshop sont une quête sans fin pour n’importe quel artiste qui se sert du digital pour créer. Dans la plupart des cas, ce dernier voudra acquérir des brushes qui imitent l’effet organique des médiums traditionnels et ce n’est pas une mince affaire. Il y a pourtant plusieurs solutions.

Solution 1 : Personnaliser les brushes Photoshop.

cecile-carre-brushes-tutoriel
Détail d’une image de Cécile Carre créée avec ses brushes Photoshop personalisées

C’est la solution économique. Le principe est simple : on prend une brush Photoshop de base et on lui applique tout un tas d’effets disponibles directement dans le logiciel : forme et dynamique de la brush, texture générée par le logiciel, gestion de l’inclinaison du stylet, etc. Après plusieurs essais, il y a moyen d’arriver à un résultat convaincant permettant de se rapprocher d’un rendu traditionnel.

Rapprocher seulement car même avec un paramétrage très efficace de brush Photoshop, il y a de fortes chances qu’on puisse identifier assez vite un rendu par ordinateur. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose : les brushes Photoshop paramétrées apporteront une identité graphique spécifique et permettront à l’image réalisée d’avoir une « patte » de réalisation qui lui sera propre.

Utilisées à bon escient, les brushes Photoshop paramétrées peuvent permettre d’obtenir des résultats très satisfaisants. On pourra citer par exemple le travail de Cécile Carre qui utilise deux uniques brushes Photoshop paramétrées, ce qui est suffisant dans son cas pour aboutir à un dessin et une colorisation maîtrisés, texturés et esthétiques.

Découvrir le tutoriel vidéo de Cécile Carre et la manière avec laquelle elle personnalise ses brushes Photoshop

Solution 2 : Acheter des brushes Photoshop qui imitent un rendu traditionnel

Sur la toile, on trouve des artistes qui ont fait de la création de ce type de brushes une activité à part entière. L’avantage de ces dernières ? Elles produisent un effet « organique » qu’il est très difficile à reproduire par simple paramétrage Photoshop, le tout pour une dizaine de dollars (parfois moins), ce qui les rend relativement abordables. Le résultat, souvent bluffant de similitude avec la vraie peinture, permet de décupler les possibilités de rendu et de se rapprocher un maximum des effets produits par la gouache, l’aquarelle, le fusain, l’huile, etc.

Parmi les artistes créateurs de brushes Photoshop, on trouve le célèbre Kyle T. Webster, illustrateur pour Time, le New Yorker et le New York Times.  Avec la création d’une vingtaine de packs de brushes  à son actif, il est déjà très expérimenté dans son domaine et ses brushes sont utilisées par des artistes travaillant pour Disney, Pixar et Marvel (en tout cas, c’est ce que l’intéressé dit mais on est bien disposé à le croire !).

On citera parmi ses créations phares son pack de brushes Photoshop aquarelle qui compte une centaine de brushes imitation peinture (disponible pour 9 dollars) et son Ultimate Megapack, sorte de pot pourri de 160 brushes contenant une grosse varieté de brushes imitation gouache, fusain, crayon, aquarelle, marqueurs, etc. (disponible pour 14 dollars).

Notons par exemple que Rozenn Grosjean, illustratrice de formation classique, a trouvé dans le pack aquarelle de Kyle une alternative crédible à l’utilisation traditionnelle de ce type de peinture.

Par ici pour voir le tutoriel vidéo de Rozenn et son utilisation des brushes Photoshop aquarelle de Kyle.

Bien entendu, il existe d’autres brushes Photoshop semblables sur internet, histoire de pouvoir faire un comparatif. On trouve ainsi les packs de brushes d’Alex Dukal qui ont aussi fait leur trou pour la qualité de leur rendu traditionnel. Citons notamment le pack « The Aquarellist brushes » qui est une alternative au pack aquarelle de Kyle.

L’illustratrice et animatrice Tévy Dubray l’utilise par exemple pour réaliser ses images.

Aller voir le tutoriel vidéo de Tévy et son utilisation des brushes Photoshop aquarelle d’Alex Dukal

 

brushes-texturee-rozenn-grosjean-chat
Détails d’images de Rozenn Grosjean (gauche) et Tévy Dubray (droite) utilsant des brushes texturées payantes

Solution 3 : Faire du mixed-media

Soyons d’accord, ce n’est pas une vraie solution pour obtenir un effet traditionnel uniquement avec des brushes Photoshop  texturées et on va expliquer pourquoi.

Le mixed-media, c’est un mélange de techniques. On utilise souvent ce terme pour designer l’association d’une technique traditionnelle avec une finalisation digitale. Concrètement, il s’agit là de commencer un dessin avec un vrai crayon et de vrais pinceaux, de scanner l’image, puis de profiter du support digital pour avoir une colorisation plus impactante. Cela fonctionne notamment très bien avec l’aquarelle dont les couleurs auront tendance à rester assez légères. Le scan puis le travail sur Photoshop permettent quantité de manipulations qui permettront notamment de saturer et de foncer les couleurs voulues et ce faisant, d’optimiser les contrastes de l’image. Ici, il n’y a donc pas forcément besoin d’utiliser des brushes texturées puisque la texture provient déjà de l’image transitoire réalisée avec crayons et pinceaux. Cette dernière permettra alors de réaliser une image digitale avec un effet de peinture sans équivalent puisque la peinture est ici bien réelle.

Cette technique est notamment celle utilisée par Camille André. Voici un petite image représentative de la technique qu’elle utilise :

camille-andre-brushes

Vous aimez le contenu de notre site ?

Aidez-le à ce qu’il se fasse connaître en partageant cette page sur les réseaux sociaux (icônes ci-dessous)