5 astuces pour améliorer la justesse de vos dessins

Astuce n°1 : Faire une mise en place

Faire une image implique souvent de respecter le principe de l’entonnoir. C’est à dire qu’il est recommandé de commencer par une mise en place avec les principaux éléments de votre composition et de les esquisser progressivement. Petit à petit, l’esquisse devient un vrai dessin qui tient la route et on peut commencer à mettre les détails. Ce déroulement paraît tout à fait classique dans la démarche mais honnêtement, on est à peu près sûr que vous avez déjà vu ce type qui dessine les détails d’une oreille droite avec une minutie extrême alors que l’ensemble de son visage est complètement bancal parce qu’il n’a pas passé assez de temps dessus.

Astuce n°2 : Mettre son image en mode miroir

Si vous travaillez en digital, la technique consiste à utiliser la fonction de symétrie horizontale de la zone de travail. Cela mettra votre image en mode miroir et il est alors beaucoup plus facile de repérer les erreurs de dessin. Sur Photoshop, cette fonction est accessible via le menu « Image » puis « Rotation de l’image ».

Quand vous travaillez, on vous conseille de le faire très souvent, c’est extrêmement utile (sans exagérer). D’ailleurs, si vous avez déjà jeté un oeil au tutoriel de Rodolphe sur notre site, vous pourrez voir qu’il le fait constamment. Affecter un raccourci clavier à cette manipulation peut être une bonne idée.

Dans le même esprit, la fonction de symétrie verticale peut aussi vous aider à vérifier la justesse de votre dessin.

Si vous bossez sur papier, c’est le même principe. Retournez votre feuille, exposez-la à une source de lumière et regardez le dessin en transparence. Celui-ci sera alors bel et bien en mode miroir et vous pourrez voir plus facilement toutes vos erreurs de dessin. Evidemment, travailler avec un papier pas trop épais vous facilitera la tâche !

Astuce n°3 : Partager son travail

Montrer son travail est toujours enrichissant. Même des personnes complètement étrangères au milieu de l’image sont susceptibles de vous aider : elles ne savent pas dessiner mais elles ont tout de même des repères mentaux et visuels acquis grâce à leur vie de tous les jours. Alors si le barbare que vous venez de dessiner a un problème de bras ou bien une main approximative, il y a de fortes chances pour qu’on vous en fasse la remarque. Conclusion : si vous avez des amis, faites leur voir votre travail. Si vous n’en avez pas, c’est un peu triste mais on vous dit quoi faire dans l’astuce suivante.

Astuce n°4 : Prendre du recul

Si vous n’avez personne à proximité pour vous aiguiller, pas de panique. Posez votre crayon, prenez un café, faites autre chose et oubliez votre dessin. Quand vous y reviendrez, quelques heures après, vous verrez plein de choses qui clochent que vous n’avez pas vues avant : évidemment que le bras de votre barbare est trop court et que sa main est celle d’une fillette de onze ans ! La raison à ces découvertes soudaines ? Vous aviez la tête dans le guidon pendant tout ce temps passé à dessiner et quand c’est le cas, et bien on ne se rend plus compte de grand chose.

Astuce n°5 : Connaître ses faiblesses et étudier d’après photo ou d’après nature

Chaque dessinateur sait ce qu’il préfère dessiner et, rapidement, ces préférences deviennent des zones de confort où il évolue. Mais il arrive aussi qu’il faille parfois dessiner un élément qui ne se situe pas dans cette zone de confort. Et dans ce cas, il y a fort à parier que ce sera plus difficile. Admettre cela et considérer ses faiblesses est déjà un premier pas.

Pour y remédier, rien ne vaut une étude d’après photo ou d’après nature : prenez quelques références, reproduisez ce que vous voyez et surtout, cherchez à comprendre comment est fichu votre modèle, quels sont les principaux volumes à maîtriser et  comment la lumière agit.

Les études d’après photo ou d’après nature sont aussi utiles pour réaliser un dessin stylisé (non réaliste) : n’importe quel animal, objet, plante etc. stylisée est stylisée à partir d’un modèle réaliste.