5 astuces pour mieux dessiner un cheval

 

Le cheval est un élément qui revient souvent dans une foule de compositions artistiques. La popularité  d’univers emprunts de fortes références au moyen-âge a d’autant plus renforcé la probabilité pour que vous soyez tentés de vouloir un jour maîtriser la bête. Alors quelles astuces pour parfaire votre dessin de cheval ?


 

Astuce n°1 pour mieux dessiner un cheval : comprendre la structure du squelette.

Le squelette forme la base pour comprendre n’importe quel animal car tout le reste marche en fonction de lui : muscles, organes, poses. Dessiner un cheval correctement, c’est donc comprendre et maîtriser le squelette de la bête. Pour autant, pas besoin de dessiner chaque côte et les petits os des pattes : la cage peut se synthétiser facilement, idem pour les vertèbres du cou, etc. A partir de ce point, rien de tel que la pratique : dessinez le cheval dans son plus simple appareil de côté, de face, de trois-quarts, trouvez les points de raccordement en synthétisant le squelette au maximum, dessinez le squelette par dessus une photo.



 

Astuce n°2 pour mieux dessiner un cheval : étudier les poses clés

Dessiner un cheval, c’est aussi pouvoir le dessiner dans une pose crédible. Cela parait bête à dire mais on fait trop souvent l’erreur de se focaliser sur l’anatomie du cheval en délaissant les autres aspects : c’est la meilleur façon de dessiner des poses bancales (où l’animal donne l’impression de tomber) ou de faire des erreurs dans les rapports de proportions (si vous placez d’autres éléments à côté, comme un cavalier par exemple). Commencez donc par trouver des photos de cheval dans une attitude classique : la marche, le trot, le galop (ci-dessous), le repos, une ruade, etc. qui correspondent à l’animal. Reproduisez-les en mémorisant le placement de son corps et particulièrement de ses pattes.

galop-pose-concept-art-dessin-cheval


 

Astuce n°3 pour mieux dessiner un cheval : comprendre les muscles

Contrairement à la plupart des chats ou des chiens, le cheval ne dispose pas d’une fourrure épaisse mais de poils courts qui laissent transparaître les muscles. Il est donc impératif de maîtriser cette anatomie musculaire, particulièrement pour un dessin réaliste.



 

Astuce n°4 pour mieux dessiner un cheval : commencer toujours par synthétiser

Le cheval est un animal particulièrement complexe : même avec un dessin de squelette crédible, une pose qui tient la route et une suggestion efficace des muscles en dessous des poils, il est encore possible de passer à côté du sujet. Pour évitez au maximum les erreurs, synthétiser les masses principales avant d’aller plus loin. Pensez toujours ces masses en volume (voyez les choses en 3D et non en 2D)


 

Astuce n°5 pour mieux dessiner un cheval : Avoir de bonnes références à portée de main

La documentation est souvent une des conditions pour réussir à produire une image de qualité, surtout lorsqu’on aborde un sujet qu’on ne connaît que moyennement. Avant de réaliser votre illustration, faites-vous votre bibliothèque perso d’images de chevaux. La solution la plus simple pour cela est internet (Google Images est votre ami) mais rien ne vaut un très bon livre de photos qui vous proposera des images de haute qualité avec une lumière soignée, très utile pour comprendre les volumes (notamment ceux des muscles). Dans cet esprit, on vous recommande particulièrement le livre de Yann Arthus  qui est d’excellente facture.

Découvrir les spécificités du livre sur Amazon : Chevaux

Pour un travail personnel, ne recopiez pas les images de votre bibliothèque perso telles quelles mais servez-vous en de guide pour faire votre propre pose et valider ce que vous faites. Cela vous aidera sans aucun doute à mieux dessiner votre cheval/vos chevaux et atteindre le résultat que vous avez en tête.


 

Pour approfondir le sujet…

Il existe plusieurs ouvrages susceptibles de vous aider dans votre démarche visant mieux dessiner les chevaux. Le livre que nous vous conseillons particulièrement est « Les Chevaux » de Walter Foster. Très complet et abordable (moins de 6 euros), il reprend toutes les bases de l’anatomie du cheval avec une vision artistique et pédagogique poussée. Il approfondit chaque point du petit tutoriel que vous venez de lire et inclut des astuces de colorisation (valeurs de gris et peinture) pour mieux appréhender la gestion des lumières et des volumes. Walter Foster consacre aussi une partie de son livre aux différents types de chevaux (purs-sang, arabe, chevaux de trait, etc.) et la manière de les traiter. Globalement, le livre est un outil efficace pour mieux dessiner les chevaux.

Découvrir les spécificités du livre sur Amazon : Les Chevaux : Apprendre à dessiner pas à pas

Dans un esprit plus généraliste, « L’art de dessiner les animaux » est un livre précieux pour progresser dans le dessin d’animaux. Il reprend les animaux les plus communs (chiens, chats, chevaux, ours, grands félins, etc.) et donne des explications précises et concises pour obtenir un dessin convaincant. Les guidelines sont suffisamment précises pour rapidement apprendre les principales caractéristiques des animaux du livre et pouvoir par la suite, les dessiner sans modèle. Abondamment illustré, le livre a sa spécificité propre puisqu’en plus de permettre de progresser sur les représentations classiques d’animaux, il offre des conseils sur des manières alternatives de les dessiner. Caricatures et représentations type « cinéma d’animation » (avec accent sur les lignes de forces et poses dynamiques) sont ainsi abordées avec talent.

Découvrir les spécificités du livre sur Amazon : L’art de dessiner les animaux : Construction, analyse des mouvements, caricature